VIROCOVAX : ViroCoVax est une start-up de biotechnologie axée sur le développement de vaccins sûrs, efficaces et accessibles au plus grand nombre.

VIROCOVAX

Startup · Santé · Thérapeutique
Tours (37)

ViroCoVax est une start-up de biotechnologie axée sur le développement de vaccins sûrs, efficaces et accessibles au plus grand nombre.

Connectez-vous et votez pour ce projet

Vote : 137 votants


Instrument Actions

138 personnes sont intéressées par ce projet

Maxime - WiSEEDer Serge - WiSEEDer Raphael - WiSEEDer Laetitia - WiSEEDer Christophe - WiSEEDer Valérie - WiSEEDer Charles - WiSEEDer Meher - WiSEEDer Regis - WiSEEDer Guillaume - WiSEEDer Cyril - WiSEEDer Roberto - WiSEEDer Francis - WiSEEDer Michel - WiSEEDer Gérald - WiSEEDer Adeline - WiSEEDer Emmanuel - WiSEEDer Olivier - WiSEEDer Abdelhak - WiSEEDer Jean-Pierre - WiSEEDer Emmanuel - WiSEEDer Lisyane - WiSEEDer Emmanuel - WiSEEDer Djimmy - WiSEEDer

L’hépatite C est une maladie infectieuse du foie due à un virus : le VHC qui se transmet essentiellement par voie sanguine. La découverte du virus en 1989 a permis d’écarter, dans les pays les plus riches, ce risque de transmission. Le nombre de nouvelles contaminations demeure toutefois élevé avec 1,75 millions de nouvelles infections rapportées chaque année par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dont 40 000 aux États-Unis et 4 à 5 000 en France. 

L’OMS estime que 71 millions d’individus dans le Monde sont infectés de manière chronique. Chez ces individus, l’Hépatite C va alors progresser silencieusement et va évoluer au moins dans 15% des cas en cirrhose et, dans 1 à 5% des cas, en cancer du foie pouvant entraîner la mort du patient. On estime entre 200 et 400 000 décès par an liés à l’Hépatite C, toujours selon l’OMS.

Devant ces constats alarmants, l’OMS a souhaité que le VHC soit globalement éradiquée à l’horizon 2030. Pour y parvenir, l’espoir reposait sur une nouvelle génération de médicaments apparue en 2014. Ces nouveaux traitements sont très efficaces avec un taux de guérison de 90%. Cependant, depuis leur apparition, l’épidémie d’Hépatite C ne recule pas, voire progresse dans certains pays. Cette situation est liée au prix du traitement mais également au très faible pourcentage d’individus diagnostiqués ; la maladie étant longuement asymptomatique, une très grande majorité d’individus ignore son infection. Par ailleurs, le risque de réinfection après un traitement demeure : certaines études ont mis en avant un taux de réinfection de 10 à 15%, 5 ans après le traitement dans les populations les plus à risque.

Pour éradiquer l’Hépatite C, il apparaît donc aujourd’hui nécessaire de disposer de nouveaux moyens pour lutter contre le virus.

Virocovax s’est donnée pour mission de développer un vaccin efficace, sûr et accessible au plus grand nombre afin de réduire considérablement le nombre de nouvelles infections et d’atteindre l’objectif fixé par l’OMS. 

 

Notre Technologie  

En dépit de nombreux travaux de recherche menés par des équipes académiques et privées, il n’existe actuellement aucun vaccin commercial contre le virus de l’hépatite C. La dernière tentative en date est celle de la société GSK dont le programme de recherche s’est arrêté en 2019 suite à des résultats d’efficacité clinique peu concluants.

A l’inverse de l’hépatite C, de nombreux vaccins contre le virus de l’hépatite B (VHB) sont actuellement commercialisés. Ces vaccins sont tous basés sur une protéine antigénique du VHB (i.e. la protéine S) qui a la possibilité de s’auto-assembler pour former des petites particules sous-virales non infectieuses. Depuis sa commercialisation, ce vaccin a démontré sa forte immunogénicité, son efficacité, son innocuité et son potentiel d’industrialisation et à l’heure actuelle le taux de couverture vaccinale mondial contre l’hépatite B est proche de 75%.

L’Unité de Recherche « Morphogénèse et Antigénicité du VIH et des virus des Hépatites » (Université de Tours – INSERM), a souhaité s’appuyer sur les propriétés immunogènes du vaccin Hépatite B pour construire, par génie génétique, un vaccin contre l’Hépatite C. Plus précisément, un antigène de l’Hépatite C (en rouge) a été incorporé dans les particules sous-virales du vaccin Hépatite B.

Des expériences de vaccination ont ensuite été entreprises. Des lapins ont été vaccinés soit avec un vaccin Hépatite B commercial soit avec notre candidat vaccin et nous avons démontré que :

  • Notre vaccin induit des anticorps dirigés contre le virus de l’Hépatite B à un taux similaire au vaccin commercial ;
  • Notre vaccin induit également des anticorps dirigés contre le virus de l’Hépatite C ;
  • Les anticorps générés par la vaccination neutralisent efficacement différents génotypes du virus de l’hépatite C.

Ces différents éléments apportent une solide preuve de concept à notre candidat vaccin qui à terme pourrait protéger les populations à la fois contre l’Hépatite B mais également contre l’Hépatite C.  

 

Perspective de développement

Au-delà de ce premier vaccin contre l’Hépatite C, d’autres vaccins dirigés contre des virus appartenant à la même famille que le VHC, pourraient être construits sur la même base technologique et en utilisant le savoir-faire développé. C’est le cas par exemple du virus Zika ou du virus de la Dengue, deux virus transmis par le moustique tigre.

En collaboration étroite avec l’Unité de Recherche « Morphogénèse et Antigénicité du VIH et des virus des Hépatites » des premiers candidats vaccins dirigés contre le virus Zika ont été construits et ne demandent aujourd’hui qu’à être testés chez l’animal. 

 

Propriété Intellectuelle

Le vaccin bivalent Hépatite B/C a fait l’objet d’une première demande de brevet intitulée « Nouvelles protéines de fusion et leur application pour la préparation de vaccins contre l’hépatite C » déposée en France, le 17 juin 2008 (FR 08 03377) puis sur le plan international le 17 juin 2009 (WO 2009 153518). Ce premier brevet a été délivré dans les pays d’intérêt (Europe, USA, Chine) et le titulaire de ces titres de propriété est l’Université de Tours.

Un deuxième brevet protégeant également le vaccin bivalent Hépatite B/C a été déposé plus récemment en France, sous l’intitulé : « Nouvelles compositions immunogènes et leur application pour la préparation de vaccins contre l’Hépatite C » (FR 20 04848 déposé le 15 mai 2020). Il sera étendu sur le plan international via la procédure PCT au plus tard le 15 mai 2021. Les titulaires de ces titres de propriétés sont l’Université de Tours, l’INSERM et le CHU de Tours. 

Enfin, un troisième brevet protégeant les candidats vaccins Zika a été déposé en France en 2016 sous l’intitulé « Nouvelles protéines de fusion et leur application pour la préparation de vaccin » puis sur le plan international via la procédure PCT (PCT/FR2017/051591). Les propriétaires de ces titres de propriétés sont l’Université de Tours, le CHU de Tours et l’INSERM.

ViroCoVax a conclu avec les propriétaires des brevets un accord d’option sur licence exclusive et mondiale pour l’exploitation de ces demandes de brevet. Cette option d’une durée de 12 mois, sera levée dès que la société ViroCoVax aura justifié d’un financement d’un million d’euros. La société disposera alors d’une licence exclusive et mondiale devant lui permettre d’exploiter de manière pérenne la technologie pour la production de ses vaccins. Cet accord de licence accordera à ViroCoVax, le droit de conclure des sous-licence et la licence pourra être transférée à un tiers en cas d’acquisition de ViroCoVax.   

 

Business Model de ViroCoVax

ViroCoVax a pour mission la mise au point et le développement de vaccins contre des pathologies virales à impact mondial. Avant qu’un vaccin ne puisse être employé, des phases obligatoires doivent être franchies pour garantir une efficacité et une sûreté maximales à l’utilisateur. Ce sont des phases de :

  • Recherche
  • Développement de la lignée cellulaire
  • Développement industriel
  • Développement pré-clinique
  • Développement clinique (Phases I, II et III)
  • Production 
  • Commercialisation

Nous prévoyons de réaliser les phases de recherche en partenariat avec l’Unité « Morphogénèse et Antigénicité du VIH et des virus des Hépatites ». L’’établissement de la lignée cellulaire, le développement industriel, le développement préclinique mais également les phases I et II du développement clinique seront réalisés par ViroCoVax. A l’issue de ces étapes, l’entreprise aura démontré l’innocuité ainsi que l’immunogénicité de ses vaccins chez l’Homme, réduisant ainsi fortement le risque associé au développement de nos vaccins et augmentant de facto, leurs valorisations. 

Deux scenarii sont alors possibles à l’issue de la Phase II du développement clinique :

  • ViroCoVax est acquise par un industriel du vaccin qui prendra en charge la suite des développements de tous les produits mais aussi leur production et leur commercialisation ;
  • Mise en place avec un industriel du vaccin un accord de sous-licence qui permettra à ce partenaire de finaliser le développement, de produire et de commercialiser le vaccin. ViroCoVax percevra alors des paiements forfaitaires d’entrée et d’étapes et des redevances calculées sur les ventes de vaccins. Ces revenus permettraient de financer le développement des autres produits. une entrée sur le marché boursier pourrait alors être envisagée
  • Plan de développement

    La feuille de route des vaccins développés par ViroCoVax est schématisée dans la Figure suivante.

    Chaque programme vaccinal débute par une phase de Recherche au cours de laquelle les candidats vaccins sontconstruits par génie génétique selon une technologie et un savoir-faire spécifiques maîtrisés. Après des premières caractérisations, l’immunogénicité, c’est-à-dire la capacité des candidats vaccins à induire une réponse immunitaire, est étudiée dans des modèles expérimentaux.

    Cette première étape a déjà été réalisée avec succès pour le vaccin bivalent Hépatite B/C et est actuellement en cours pour le vaccin Zika. 

    Suite à l’établissement de la preuve de concept, il est nécessaire d’établir la lignée cellulaire qui servira d’usine pour la production des vaccins. Cette étape est clé car le choix de la lignée cellulaire impacte directement les rendements de production et les coûts associés.

    A l’issue de cette deuxième étape, débute le développement industriel. L’objectif global de cette phase est d’optimiser le système de production afin d’assurer un coût minimal pour nos futurs vaccins et également de répondre aux exigences Qualité. Pour atteindre ces objectif, plusieurs étapes sont nécessaires :

    • La formulation qui définira les excipients, les adjuvants et les stabilisateurs pour optimiser la stabilité du vaccin et la réponse immunitaire générée par ce dernier ;
    • Le développement du processus de production amont (Upstream Process) au cours duquel sont définies les conditions de production ;
    • Le développement du processus de production aval (Downstream Process) au cours duquel sont définies les conditions de purification du principe actif.

    Une fois l’industrialisation du vaccin réalisée, un premier lot pilote sera produit afin de réaliser les études précliniques dont l’objectif est de valider l’innocuité et l’efficacité du vaccin chez l’animal avant son administration chez l’Homme.  Le vaccin sera inoculé selon le mode d’administration et à la dose prévue chez l’Homme avec un schéma vaccinal de 4 doses espacées de 2 semaines (3 doses prévues chez l’Homme). Des analyses cliniques, hématologiques, biochimiques et histopathologiques seront effectuées afin de s’assurer de l’absence d’effets indésirables. A l’issue de cette phase préclinique, ViroCoVax obtiendra l’autorisation d’inoculer son vaccin chez l’Homme lors des essais cliniques. Le développement clinique (chez l’Homme) est divisé en 3 phases. Conformément à son modèle d’affaires, ViroCoVax prévoit de gérer les Phases I et II. L’entreprise démontrera ainsi l’innocuité de ses candidats vaccins mais également leur immunogénicité. Pour la phase I, nous prévoyons d’inclure une soixantaine de volontaire sains (30 seront vaccinés et 30 recevront un placébo). Les patients seront suivis pendant 18 mois et nous nous intéresserons principalement à l’innocuité du vaccin. Au cours de la Phase II, environ 400 patients parmi les populations cibles seront inclus dans l’étude et nous nous intéresserons de nouveau à l’innocuité et principalement à l’immunogénicité.

     

    Levée de fonds : besoin et utilisation des fonds

    ViroCoVax prévoit de lever au minimum  300.000 euros auprès des Wiseeders.  Cela permettra d'assurer le financement des projets de l'entreprise pour les 12 prochains mois. Avec cette levée de fonds et des financements adossés (fond du Concours Ilab 2018 dont ViroCoVax est lauréate, aide de la Région Centre Val de Loire, fond French Tech Seed) l'entreprise sera en mesure:-  de produire la lignée cellulaire qui servira pour la production du vaccin bivalent Hépatite B/C-  de démontrer le potentiel de sa plateforme vaccinale en apportant de solides preuves de concept sur les pathologies Zika et Dengue.- de recruter les forces vives essentielles pour mener ces missionsViroCoVax sera à l'issue de ces étapes,  en mesure de finaliser une deuxième augmentation de capital

    “ Notre société souhaite apporter une réponse vaccinale pour protéger le plus grand nombre des conséquences sanitaires et économiques provoquées par des virus d’importance mondiale. L’Hépatite C, Zika et la Dengue sont ciblés. ”


    L'équipe

    > Édouard (Président) : scientifique de formation, Edouard fut de 2005 à 2016 le directeur scientifique de VitamFero (vaccins vétérinaire) en plus d’être son co-fondateur. II est par ailleurs le co-fondateur d’Acticor Biotech (traitement de l’accident vasculaire cérébral).
    > Philippe (Président du Conseil Scientifique) : pharmacien, Philippe est professeur à l’Université de Tours et dirige l’Unité de Recherche MAVIVH (Université Tours – INSERM) qui travaille essentiellement sur le développement de stratégie vaccinale contre le VIH, le virus des hépatites et des virus émergents.
    > Christophe, Elodie, Romuald et Marianne : membres de l’Unité de Recherche MAVIVH, ils sont les détenteurs du savoir-faire et de l’innovation.

    L’équipe partage les valeurs de professionnalisme, d’altruisme et d’innovation, valeurs nécessaires au développement de nos produits. Elle sera rapidement complétée par un Directeur du Développement Industriel et par un Directeur Scientifique.


    Philippe ROINGEARD

    Président du Conseil Scientifique

    Linked 

    Edouard SECHE

    Président fondateur

    Linked 



    Étapes de développement

    • Pour chaque vaccin, plusieurs étapes doivent être successivement validées :
    • 1. Construction par génie génétique des candidats vaccins
    • 2. Preuve de concept chez l’animal
    • 3. Développement de la lignée cellulaire utilisée pour la production
    • 4. Développement industriel pour optimiser les rendements de production en répondant aux exigences Qualité
    • 5. Développement préclinique assurant chez l’animal de l’innocuité et de l’efficacité du vaccin avant son inoculation à l’Homme
    • 6. Développement Clinique Phase I assurant de l’innocuité du vaccin chez un petit nombre d’individus
    • 7. Développement Clinique Phase II assurant l’efficacité du vaccin chez un petit nombre d’individus
    • Le projet est séquencé en 3 parties :
    • Partie 1 : Étape 3 du Vaccin Hépatite, Étape 2 du Vaccin Zika, Étape 1 du Vaccin Dengue
    • Partie 2 : Étape 4/5 du Vaccin Hépatite, Étape 3/4 du Vaccin Zika, Étape 2/3 du Vaccin Dengue
    • Partie 3 : Étape 6/7 du Vaccin Hépatite, Étape 5/6 du Vaccin Zika, Étape 4/5/6 du Vaccin Dengue

    Stratégie de sortie envisageable

    • D’ici 2026, les vaccins développés par ViroCoVax seront à un stade de développement avancé et permettront de valoriser au mieux la société. Deux stratégies de sortie sont envisagées : IPO ou rachat par un société industrielle pharmaceutique.
      (Ne garantit pas la liquidité de l'investissement)

    VIROCOVAX met à disposition de WiSEED et de ses investisseurs toutes les informations pertinentes relatives aux axes de développement et à l'activité de la Société. VIROCOVAX garantit la teneur des informations communiquées.
    L'investissement dans ce projet comporte des risques de perte en capital et d'illiquidité. En savoir plus

    WiSEED utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.   En savoir plus