HYCCO : HYCCO développe et industrialise un composant clef pour la nouvelle génération de piles à combustibles hautes performances

HYCCO

Startup · Energie renouvelable · Hydrogène
Toulouse (31)

HYCCO développe et industrialise un composant clef pour la nouvelle génération de piles à combustibles hautes performances

  • Clôture
    en cours
  • Défisc.
    IR
  • 359
    questions
  • 1103
    intéressés

Clôture en cours...

souscriptions terminées

Voir les projets en cours

Simulateur défiscalisation

  Connectez-vous

pour accéder à l'offre complète

1102 personnes sont intéressées par ce projet

Arnaud - WiSEEDer Stephane - WiSEEDer Gisele - WiSEEDer Erick - WiSEEDer Pascal - WiSEEDer Nicolas - WiSEEDer Maxime - WiSEEDer Florent - WiSEEDer Bernard - WiSEEDer Nicolas - WiSEEDer Bruno - WiSEEDer Caroline - WiSEEDer Rémi - WiSEEDer Tristan - WiSEEDer Philippe - WiSEEDer Kevin - WiSEEDer Samuel - WiSEEDer Charles - WiSEEDer Eric - WiSEEDer Jean Marc - WiSEEDer Sébastien - WiSEEDer Sylvain - WiSEEDer Thierry - WiSEEDer Regis - WiSEEDer

Questions fréquentes des WiSEEDers

Le slide 16 de notre présentation dans l'onglet "les détails" présente l'avantage concurrentiel de notre offre et liste les principaux concurrents. Comme on peut le voir sur l'illustration nous sommes les seuls fabricants de plaques bipolaires en France et un des rares en Europe.
Notre procédé de fabrication unique est protégé par brevet et certains aspects sont tenus secrets. Nous nous différencions aussi des concurrents en proposant un service d'accompagnement à l'intégration. C'est un point important car l'assemblage d'une pile à combustible requiert des compétences et des moyens que les intégrateurs ne possèdent pas nécessairement.
L'empreinte environnementale des véhicules électriques à batteries est plus importante que celle de ceux à pile à combustible.
Empreinte carbone sur l'ensemble du cycle de vie du véhicule et de la production d'énergie ramené au kilomètre: (i) Véhicule à combustion interne: 180 à 270 g de CO2/km (ii) Véhicule électrique à batterie: 160 à 250 g de CO2/km (iii) Véhicule à pile à combustible: 130 à 230 g de CO2/km (la valeur de 130 g considérant la production d'hydrogène vert à 100%)
(source: https://www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/cn/Documents/finance/deloitte-cn-fueling-the-future-of-mobility-en-200101.pdf)
Concernant la concurrence à l'étranger, le slide 16 de notre présentation montre une partie de la concurrence étrangère.

A ce jour, nous n'avons identifié aucun concurrent qui travaille sur une technologie similaire. Les principaux acteurs des plaques bipolaires dans le monde produisent soit des plaques en graphite, en métal ou en composite.

La typologie des entreprises qui travaillent les matériaux comme le métal ou le graphite sont des groupes industriels importants qui ont diversifiés leurs produits afin d'être en mesure de se positionner sur le marché des piles à combustibles. Mais ils sont loin des techniques de mise en oeuvre de composite et il est peu probable qu’ils se diversifient sur de tels marchés, car cela nécessiterait un développement technique et scientifique lourd.
Les concurrents les plus proches sont ceux qui travaillent les composites (comme Eisenhuth par exemple). La typologie est ici différente car ce sont des jeunes acteurs aux moyens de production limités.

Nous possédons toujours plusieurs différenciateurs technologiques, notamment en divisant l’encombrement et le poids par un facteur 10. En effet, les techniques actuelles de production de plaques bipolaires composites ne permettent pas de descendre sous une épaisseur de 3 mm, alors que nous avons réalisé des plaques de 0.3mm.

La répartition géographique des acteurs est en relation directe avec les marchés historiques de l'hydrogène. Ces marchés sont majoritairement dominés par l'Amérique du Nord (Canada, USA), le Japon et la Corée. De manière plus récente, l'Europe prend le virage de l'hydrogène, avec une croissance très significative ces dernières années (+68% de puissance déployée entre 2018 et 2019, source E4Tech).
La chaine de valeur sur les composants des piles à combustible s'est naturellement développée de pair avec ces zones géographiques. C'est donc au Canada, aux EU, au Japon et en Corée du Sud que l'on trouve le plus d'acteurs, avec un développement plus récent de la concurrence en Europe.
En Amérique du nord, deux typologies de concurrents existent : des grands groupes spécialisés dans le formage du métal, ou la fabrication de produits graphite, ont adapté leur process pour se diversifier sur les marchés de l'hydrogène. Dana est sans doute le plus connu.
L'autre catégorie regroupe les fabricants de piles à combustibles, qui ont internalisé la production de plaques bipolaires dans leur process, et nous ne les considérons pas comme concurrent. C'est le cas de General Motors, Ballard, Hydrogenics etc... Ces acteurs ont souvent des partenariats exclusifs avec des sociétés comme Graftech, ce qui leur permet de garder un avantage concurrentiel sur la techno.
Au niveau du Japon, nous pouvons citer Nishimura (métal), et FJ Composite (Graphite).
Plus proche de nous, en Europe, des acteurs de plus petite taille existent, comme Eisenhuth (composite), Schunk (graphite), IRD Ful Cells (Composite). Nous retrouvons sur le vieux continent les mêmes choix stratégiques de certains acteurs transatlantiques : internalisation de la production par les grands groupes, et accaparement d'une techno qui devient inaccessible à tout autre acteur voulant trouver des composants.
Nous travaillons actuellement avec une demi-douzaine d'acteurs qui sont à la recherche de plaques bipolaires. Pour la totalité des nouveaux acteurs développant leur pile à combustible, il est très compliqué d'accéder à ces composants : le nombre de fournisseur est très limité, et le nombre d’application explose sur tous les continents. Ceci est un retour direct des personnes avec qui nous travaillons.

Il y a donc une vraie carte à jouer sur ce composant clef, en permettant aux nouveaux acteurs de disposer d’une techno performante, à même de lever un frein critique sur les applications de mobilité lourde : la durée de vie. Nos plaques bipolaires permettent d’allier les avantages du métal (finesse), avec ceux du graphite (durée de vie), tout en divisant le poids par 2 par rapport au métal.
Une pile à combustible est composée de 2 éléments principaux, les plaques bipolaires et les membranes, et utilisent peu de terres rares. Les plaques que nous fabriquons ne contiennent aucun métal rare et sont recyclables.
Les membranes (que nous ne fabriquons pas), quant à elles, utilisent du platine. Il sert de catalyseur pour augmenter l'efficacité de la réaction électrochimique qui a lieu sur la membrane. Il en faut moins de 30 grammes pour une pile de 100kW et il est possible de récupérer 100% de ce platine lors du recyclage de la membrane.
La communauté scientifique est très challengée sur ces aspects-là, afin de pérenniser les solutions hydrogène. Plusieurs pistes sont notamment à l'étude pour substituer ce métal.
Tous les éléments d'une pile à combustible, et notamment les membranes, peuvent être manipulés sans danger, à main nue, alors que le recyclage des batteries est bien plus complexe, et nécessite la mise en œuvre de solutions adaptée à la chimie lourde.
L'Asie s'est déjà positionnée sur l'hydrogène (le Japon et la Corée l'on fait bien avant l'Europe, il y a plus de 10 ans, et la Chine a axé son nouveau plan quinquennal sur l'hydrogène).

Il y a cependant un certain nombre de points à prendre en compte afin de mieux comprendre la situation actuelle :

• La performance d’une pile à combustible dépend grandement du design des canaux des plaques bipolaires. Il n’y a aucune standardisation, et chaque industriel garde jalousement son design secret, car il est la clef de la performance de tout le système. Il est donc peu probable que l’Asie inonde le marché Européen avec des produits standardisés comme elle a pu le faire avec le photovoltaïque.

• La technicité liée à la conception des plaques bipolaires nécessite un certain nombre d’itérations, et une expertise associée, afin que les industriels soient en mesure d’intégrer la technologie dans leur système le plus facilement possible. Nous proposons cette expertise sur nos matériaux. Tous les industriels avec qui nous travaillons sont à la recherche d’un partenaire local, avec qui faire évoluer leur technologie.

• Nous observons également une « crainte » de nos partenaires envers l’Asie, et des conséquences que peut avoir la sous-traitance d’un élément critique en terme de souveraineté technologique. Idem au niveau Européen : l’UE est très attentive à ce que le "fiasco photovoltaïque" ne se reproduise pas sur les technologies hydrogène, alors que se présente une opportunité inédite pour les états d’être souverains énergétiquement.

• Le marché intérieur Chinois, Japonais et Coréen est titanesque. Et le nombre de compagnies à même de fabriquer des plaques bipolaires est très limité. Nous pensons donc avoir de très belles années devant nous. Nous observons également une demande importante chez tous les nouveaux acteurs qui se lancent sur la construction de leur propre pile à combustible, qui peinent à trouver des composants de base tout en sécurisant leur technologie.

• Enfin, il est tout à fait possible de diversifier les activités d’HYCCO et de remonter dans la chaîne de valeur afin de proposer des produits à plus haute valeur ajoutée si ce risque devient réel.


Sélection de commentaires

  • Maxime - WiSEEDer

    Maxime WiSEED il y a 25 jours

    Bonjour à tous,
    Le montant minimum de 300k€ rendant l'opération réalisable a été atteint et dépassé dans le weekend !
    Merci aux nombreux WiSEEDers qui ont déjà investi :)
    Bonne journée,


Les questions sont fermées. Connectez-vous pour participer.

Se connecter   S'inscrire

WiSEED utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.   En savoir plus