AGRIPOLIS : Agripolis crée et installe des fermes urbaines verticales qui produisent des fruits et légumes sans pesticides en économisant 90% d'eau !

AGRIPOLIS

Startup · Environnement · Agritech
Paris (75)

Agripolis crée et installe des fermes urbaines verticales qui produisent des fruits et légumes sans pesticides en économisant 90% d'eau !


  • Projet
    financé
  • Mai
    2021
  • Défisc.
    IR
  • 203
    questions

souscriptions terminées

Financé par 708 WiSEEDers
Voir les projets en cours

Simulateur défiscalisation

  Connectez-vous

pour accéder à l'offre complète

1135 personnes sont intéressées par ce projet

Nicolas - WiSEEDer Arnaud - WiSEEDer Nicolas - WiSEEDer Philippe - WiSEEDer Hélène - WiSEEDer Jean Marc - WiSEEDer Maxime - WiSEEDer Ludovic - WiSEEDer Bernard - WiSEEDer DJAGBE - WiSEEDer Nicolas - WiSEEDer Bruno - WiSEEDer Serge - WiSEEDer Paul - WiSEEDer Rémi - WiSEEDer Philippe - WiSEEDer Kevin - WiSEEDer Manuel - WiSEEDer Pablicio - WiSEEDer Nicolas - WiSEEDer Henry - WiSEEDer Jean-Marc - WiSEEDer Frédéric - WiSEEDer Charles - WiSEEDer

Questions fréquentes des WiSEEDers

l’eau et les nutriments qui circulent dans nos colonnes ou nos gouttières ne sont jamais en contact avec l’air ou la pluie car il s'agit d'un circuit totalement fermé. Or c’est par les racines que les plantes sont sensibles à la pollution, notamment aux métaux lourds. Nous avons fait pratiquer des analyses et on arrive à obtenir des produits dans lesquels par exemple les métaux lourds sont indétectables, donc à des taux inférieurs à ceux qu’on peut mesurer chez des maraîchers classiques. C’est un paradoxe : on est en pleine ville, mais on se retrouve avec des produits qui, en termes de goût et de santé, peuvent être meilleurs que ceux de l’agriculture conventionnelle.
nous utilisons des nutriments minéraux mais aussi organiques issus d'algues ou de l'agriculture ainsi que des bactéries qui recréent dans les colonnes ou gouttières un biotope similaire à ce que l’on trouve dans le sol classique et qui métabolisent un grand nombre d’éléments utiles au goût et à la qualité des produits
nos colonnes et gouttières sont effectivement en plastique dans lequel est inclus le maximum possible de matière recyclée (34%, au-delà on perd en qualité). Il y a une alternative métal pour les gouttières, mais pas adaptée à nos installations. Quand aux colonnes nous regardons les alternatives sans toutefois être satisfaits pour l'instant : plastique de mais, bambou, etc. Bref en attendant mieux nous sommes en veille sur le sujet.
nos systèmes sont sensibles au gel. Il faut donc soit une serre - ce qui est la meilleure solution - soit une culture d'hiver en gouttières ne nécessitant que peu d'arrosage car seules les gouttières (destinées aux plants grimpants donc) peuvent continuer de fonctionner à nos latitudes sans abri. Dans ce cas ce ne sera pas une forte production et il faut faire au cas par cas le rapport avec les coûts (maintien d'un maraîcher hors saison, fonctionnement).
Les fruits et légumes les mieux adaptés à nos 2 dispositifs (colonnes et gouttières) sont les fraises, tomates, plantes aromatiques, aubergines. Ces dispositifs peuvent accueillir une trentaine d'espèces différentes.
nos clients/partenaires nous disent que la qualité gustative est bien là. Ceci est obtenu par l'utilisation de nutriments minéraux mais aussi organiques issus d'algues ou de l'agriculture et aussi de bactéries qui recréent dans les colonnes ou gouttières un biotope qui métabolise un certain nombre d’éléments que l’on trouve dans le sol classique. Les variétés de fruits et légumes choisies ont été sélectionnées uniquement pour leur goût plutôt que pour résister aux transports ou aux frigos. Enfin, les récoltes sont vendues le jour même, sitôt cueillies mûres et non vertes.La première objection qui est faite en général à l’agriculture urbaine, c’est effectivement « Attention ! Ville =pollution ! ». Mais l’eau et les nutriments qui circulent dans nos colonnes ou nos gouttières ne sont jamais en contact avec l’air ou la pluie car il s'agit d'un circuit totalement fermé. Or c’est par les racines que les plantes sont sensibles à la pollution, notamment aux métaux lourds.Nous avons fait pratiquer des analyses et on arrive à obtenir des produits dans lesquels les métaux lourds sont indétectables, à des taux inférieurs à ceux qu’on peut mesurer chez les maraîchers de la périphérie du bassin parisien.C’est un paradoxe : on est en pleine ville, mais on se retrouve avec des produits qui, en termes de goûts et de santé, sont meilleurs que ceux de l’agriculture conventionnelle.
nous en sommes arrivés à une proposition scalable techniquement et économiquement, avec un business model de tierce exploitation que nous commençons à déployer. Cette proposition est basée sur l'industrialisation de nos processus d'installation et d'exploitation, sans lesquels il ne nous aurait pas été possible de lancer la 1e tranche du site Porte de Versailles qui va être la plus grande ferme urbaine d'Europe en toiture
Oui c'est pour cela que nous ne n'allons pas vers des environnements contrôlés comme ces grands "hangars à salades" éclairés par des leds que l'on voit notamment aux US et qui sont catastrophiques du point de vue énergétique. Nous avons l'habitude de dire que nous contribuons à la résilience environnementale des villes parce que nos fermes permettent de lutter contre les kilomètres alimentaires, les phénomènes d'ilots de chaleur, la perte de biodiversité, et plus généralement d'adresser la problématique du climat.


Sélection de commentaires


Le projet AGRIPOLIS a été financé par 708 investisseurs sur WiSEED.


Les 708 souscripteurs ont, via leur portefeuille d’investissement personnel, accès au suivi de participation. Ils peuvent suivre les news de AGRIPOLIS. Les commentaires sont accessibles aux investisseurs uniquement.

Connectez-vous pour participer
aux échanges des projets en vote
et en financement


Les questions sont fermées. Connectez-vous pour participer.

Se connecter   S'inscrire