VOIES NAVIGABLES DE FRANCE

Replantons les berges du canal du Midi pour transmettre ce joyau du patrimoine aux générations futures !




57
contributeurs

5 170 €
Objectif 50 000 €

10% financés

  Connectez-vous

Se connecter S'inscrire

4 raisons
de les soutenir


  1. Sauvegarder un patrimoine culturel unique pour le transmettre aux générations futures
  2. Assurer la pérennité des paysages et des berges
  3. Protéger l'environnement et la biodiversité
  4. Défendre les entreprises et les emplois liées au canal

Qui sont-ils ?

Depuis 2013, Voies navigables de France (VNF) s’engage pour préserver le canal du Midi. Conçu au XVIIème siècle pour réaliser un rêve millénaire, celui de relier la mer Méditerranée à l’océan Atlantique, le canal du Midi constitue un joyau du patrimoine français inscrit par l'Unesco au Patrimoine Mondial de l'Humanité. Bien plus qu’une simple voie d’eau, les multiples ouvrages d’art qui le jalonnent (écluses et maisons éclusières, ponts canaux, aqueducs… ) en font un héritage remarquable, de même sa célèbre voûte de platanes, aujourd’hui en danger.

 

Le canal du Midi fait face à un défi majeur : la maladie du chancre coloré, un champignon microscopique qui décime ses platanes. En quinze ans, plus de 20 000 arbres ont dû être abattus. Replanter les berges répond à cette nécessité de remplacer une partie du patrimoine paysager. C’est aussi un impératif pour continuer à faire de ce trésor un pôle culturel et touristique majeur pour notre pays.

 

En 2013, VNF, opérateur national de l'ambition fluviale, a lancé une démarche de mécénat pour accompagner les mutations du canal du Midi, pilotée par sa direction territoriale du Sud-Ouest. La valeur architecturale et culturelle de ce patrimoine est unique, mais défendre le canal est aussi un enjeu de biodiversité, notamment pour les espèces d’oiseaux et de chauve-souris protégées qui vivent sur ses berges. Environ 190 000 arbres bordent le canal du Midi, d’essences et de tailles diverses, sous forme d’alignements, de bandes arborées ou boisées. Les platanes, essence dominante sur 60% du linéaire forment des alignements dont les voûtes permettent de réduire de près de 80% l’évaporation de l’eau en été, maintenant ainsi un « microclimat ». Leurs racines fixent les sols et purifient l’eau en captant les polluants. Leurs ramures participent à freiner les vents, à retenir l’humidité de l’air et interviennent dans la régulation du climat.

La disparition des platanes constituerait une grave menace pour les espèces végétales et animales, mais aussi pour nos populations.

 

L’enjeu est également économique. Chaque année, le canal du Midi attire près d'1,5 millions de visiteurs, dont une large clientèle étrangère. Près de 50 000 personnes y naviguent, représentant ainsi 30% du trafic touristique fluvial national. Près de 350 entreprises et 2 000 emplois directs dépendent directement des activités liées au canal : restauration, hôtellerie, location de bateaux… Autant de retombées économiques majeures pour les territoires, qui rendent indispensable de replanter les berges du Canal du Midi.

  


Un don pour quel projet ?

Les dons vont contribuer au projet de replantation du canal du Midi, suivant une méthodologie qui a déjà prouvé son efficacité.

Il n’existe à ce jour qu’une seule solution pour endiguer la propagation du chancre coloré, qui s’attaque exclusivement aux platanes : abattre et brûler les arbres touchés pour replanter de nouvelles essences résistantes à la maladie (chêne chevelu, micocoulier, érable plane, tilleul à petites et grandes feuilles, charme houblon et peuplier blanc).

 

Le projet de replantation comprend trois dimensions :

1- l'abattage et la replantation, pour ralentir la propagation de la maladie grâce à des mesures de prophylaxie adaptées

2- la restauration des berges, car les racines des platanes abattus participent au maintien des sols

3- la préservation de la biodiversité. Afin d'impacter le moins possible les espèces animales concernées, deux périodes d'abattage ont lieu. Durant celles-ci un repérage des cavités est réalisé avec un sauvetage si besoin. VNF procède ensuite à l'installation des nichoirs dans le but de limiter la pénurie de cavités créée par l'abattage des arbres.

La gestion des contreparties et les réductions d'impôts sont directement réalisées par l'association Voies Navigables de France, qui est seule responsable, WiSEED n'intervenant qu'en qualité d'intermédiaire.


LES CONTREPARTIES

Un tirage d’une photo du canal du Midi signée par son auteur

Pour 50 € ou plus

Un tirage photo + une affiche vintage + une place pour une séance de cinéma en plein air à la cale de radoub de Toulouse

Pour 150 € ou plus

Toutes les contreparties précédentes + le livre "L'eau et les siècles"

Pour 300 € ou plus