Facteurs de risques

Avertissement général sur les risques liés à l’investissement


Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs sur les investissements chez WiSEED. Il ne s’agit pas d’un document promotionnel. Les informations qu’il contient vous sont fournies conformément aux obligations légales, afin de vous aider à comprendre en quoi consiste un investissement via WiSEED et quels risques y sont associés. Il vous est conseillé de le lire attentivement pour décider en connaissance de cause d’investir ou non.


De manière générale, les investissements financiers présentent des risques, et l’investissement participatif tel que proposé par WiSEED n’y déroge pas. Malgré toutes les précautions prises, le risque zéro de perte de ses fonds n’existe pas. Veillez donc à diversifier vos investissements et à n'investir que ce que vous pouvez vous permettre de perdre.

Les projets proposés sont soumis à des risques variés. Leur réussite ou leur échec sont fonction d’une multitude de facteurs, certains intrinsèques, d’autres extrinsèques.

Les risques intrinsèques peuvent être d’origine juridique, technique, financière ou opérationnelle (gestion de l’entreprise). Par exemple, le type de titre financier et d’autres modalités contractuelles influencent le gain ou la perte possibles ainsi que les garanties afférentes. Autre exemple, une mauvaise gestion de la trésorerie dans une entreprise peut mener à des difficultés de remboursement de ses créanciers alors même que son activité se porte bien.

Les risques extrinsèques peuvent être d’origine climatique, macroéconomique ou législative. Par exemple, une évolution législative peut entraîner des difficultés supplémentaires dans un domaine d’activité quelconque et ainsi rendre un projet moins rentable que prévu et ainsi impacter le retour sur investissement.

L’audit et la sélection préalables à la levée de fonds ainsi que le suivi après celle-ci visent à limiter la prise de risque pour les investisseurs et à proposer des pistes d’améliorations aux porteurs de projets, mais le risque ne peut être inexistant.

Avant tout investissement, vous pouvez vous informer à l’aide des documents fournis sur chaque projet et ainsi prendre une décision éclairée et en connaissance du potentiel et du contexte de l’activité de chaque entreprise. En fonction de vos objectifs, votre expérience en tant qu’investisseur et de vos ressources, vous pourrez vous faire votre propre avis sur l’opportunité de placer vos fonds.

Diversifier votre portefeuille d’investissement pour diminuer le risque est possible en choisissant des projets de secteurs différents, portés par des sociétés de formes différentes (projets immobiliers ou énergies renouvelables, PME…) et en investissant à des moments répartis dans le temps.


Conseil : Les informations fournies et le délai de réflexion qui vous est donné peuvent être complétés par un entretien avec nos services (supportclient@wiseed.com ou 05 31 61 62 63), notamment si vous souhaitez obtenir certaines précisions avant de signer un document ou d’effectuer un virement.

Les explications présentées ci-dessous vous permettront de mieux comprendre les risques et enjeux liés à nos différentes possibilités d’investissement. Vous pourrez ensuite vous intéresser aux spécificités de chaque projet en ayant eu ces informations générales en amont.


Risques liés à l’investissement en fonction du titre financier


Actuellement, WiSEED propose d’investir dans l’économie réelle grâce à 3 types de titres financiers différents : des actions, des obligations et des titres participatifs.Cette page décrit quelques avantages et risques liés à chacun de ces instruments financiers.


I/ Actions

   Avantages de l’investissement en actions


WiSEED propose l'investissement en actions pour investir dans des startups. Accessible à partir de 100€, il s’agit d’une opportunité inédite de placer son argent dans des projets concrets, de qualité, présentés de manière claire par l’équipe WiSEED.

En achetant des actions, vous posséderez un certain pourcentage de la société qui vous a ouvert son capital. En général, WiSEED regroupe les investisseurs dans une société intermédiaire, ou holding, (« WiCAP ») qui elle-même investit dans la société à financer (la société cible).

L’avantage principal pour un investissement dans une jeune société, une startup, est que le potentiel de plus-value est important en cas de rachat des parts par un tiers ou d’introduction en bourse. En entrant dans le capital, vous avez financé l’innovation et le développement du projet… lorsqu’on voudra racheter vos parts, vous serez en droit de faire rémunérer ce risque pris !

Autre avantage : La majorité des investissements en actions dans ces entreprises vous permettent d’obtenir un avantage fiscal (réduction de l’impôt sur le revenu ou défiscalisation via PEA, plan d’épargne actions). En en cas de distribution positive, l’imposition des intérêts s’effectue à la source par défaut au prélèvement forfaitaire unique (possibilité d’opter pour le barème progressif ultérieurement). En cas de perte de votre investissement, celle-ci pourra être reportée en déduction de vos gains sur d’autres investissements pour le calcul de l’impôt.


   Risques de l’investissement en actions


Comme pour tout investissement, néanmoins, il y a différents risques qui peuvent mener à la perte totale ou partielle de votre mise de départ. Autrement dit : vous pouvez perdre tout ou partie de votre argent investi (mais jamais plus).


1. La perte de capital


Une action traduit un versement de fonds pour une entreprise contre une part de propriété de celle-ci. Lorsque vous investissez en actions – et devenez actionnaire – vous faites partie des « derniers » créanciers (techniquement, vous ne serez pas créanciers).

En effet, en cas de difficultés pour la société financée, les créanciers et actionnaires peuvent chercher à récupérer leurs fonds. Les créanciers ayant prêté de l’argent sous forme de dette (prêts etc.) sont prioritaires face aux actionnaires, qui ont investi dans le capital. S’il ne reste plus suffisamment de fonds après remboursement des créanciers, les actionnaires courent le risque de ne pas récupérer leur mise initiale.


2. Rareté des dividendes


Les investissements en actions – ou capital – se font majoritairement pour des sociétés en phase d’amorçage sur WiSEED. Leur résultat, s’il est bénéficiaire, est donc rarement distribué en dividendes. Il est généralement réinvesti par la société pour continuer son développement.

Avec des actions il faut s'attendre à une sortie positive lors de la revente des actions après une période d’au moins 5 ans plutôt qu'à des revenus réguliers. Ne choisissez donc pas l'investissement en capital si vous cherchez à obtenir un revenu récurrent tiré de ces placements puisque le revenu peut être inexistant ou fluctuer.


3. Dilution du capital


Les actions détenues par la communauté d'investisseurs participatifs représentent une part du capital total de la société financée. Il se peut que la société, pour continuer son développement, ait besoin de réaliser de nouvelles augmentations de capital.

Suivant les modalités de la nouvelle levée de fonds, les investisseurs existants peuvent ne pas être sollicités pour cette nouvelle opération. Votre pourcentage dans la société financée pour le même nombre de parts détenues diminuera donc à la suite de la création de nouvelles actions.


4. Illiquidité : possibilités de vente d'actions limitées


L'illiquidité est la difficulté ou l'impossibilité de vendre ou se faire rembourser ses titres après les avoir acquis. Les causes peuvent être juridiques (clauses d'inaliénabilité) ou économiques (pas de second marché, contrairement aux sociétés cotées en bourse).

Le manque de liquidité se traduit, en pratique, par une difficulté à vendre ou échanger des titres souscrits. En pratique la vente n'est possible que s'il y a un rachat des parts par le fondateur, un rachat des parts par un autre actionnaire, par une société tierce etc.

Or, un investisseur chez WiSEED ne peut entrevoir une sortie en moyenne qu'entre 5 à 8 ans après l’investissement. Cette sortie sera négociée par WiSEED pour le compte de l’ensemble des actionnaires (une sortie « individuelle » n’est donc pas possible). Ces contraintes valent même pour des startups qui rencontrent un grand succès. N'investissez donc pas en actions si vous souhaitez disposer de votre argent rapidement.


5. Valorisation hypothétique


Le pendant du potentiel de plus-value importante d'un investissement en capital, mis à part les risques ci-dessus, est que la valorisation de la société au moment de l'investissement est basée sur des méthodes prédictives et sur de la négociation entre investisseurs et dirigeants. Autrement dit, la valeur des actions est déterminée par rapport à des facteurs de développement pour refléter la performance future envisagée. Des hypothèses de développement sont donc posées, mais si elles ne se réalisent pas, alors la valeur économique réelle à une date prévue n'atteindra pas la valeur envisagée au moment de l'investissement et celui-ci ne sera donc pas du potentiel espéré.


II/ Obligations

   Avantages de l’investissement en obligations


Un obligataire a la qualité de créancier, sa situation est donc nécessairement moins risquée que celle d’un actionnaire quand il s’agit de récupérer ses fonds. Un autre avantage des obligations est la prévisibilité de leur rendement, qui a été contractuellement négocié et signé par l’émetteur. Au moment d’investir, un taux d’intérêt est indiqué, ce qui vous permettra d’évaluer précisément le montant et le moment du gain possible.

WiSEED propose deux modalités de remboursement des obligations : des obligations à remboursement à l’échéance - in fine - et des obligations dites amortissables, dont le remboursement se fait régulièrement jusqu’à la fin du contrat. Elles se différencient donc par les moments où les fonds sont remboursés et quand les intérêts sont versés.

Sur WiSEED, pour l’investissement en obligations in fine, l’échéance des obligations est souvent entre 1 à 3 ans, l’illiquidité est donc limitée par ce délai de placement relativement court (comparativement aux 5 à 8 ans pour des actions en startup, et au moins 7 ans pour des titres participatifs). Certains projets obligataires sur WiSEED sont plus longs, comme le financement de PME et d’énergies renouvelables.

Quant aux intérêts, ils sont dits cumulés avec un versement in fine, c’est-à-dire que les intérêts qui vous sont dus seront gardés par le porteur du projet jusqu’à l’échéance de l’obligation, et ils généreront eux aussi des intérêts jusqu’à ce qu’ils vous soient versés, ce sont des intérêts dits capitalisés.

Les obligations à remboursement amortissable permettent aux investisseurs participatifs de financer des projets en percevant une partie de leur capital et des intérêts de manière annuelle, au lieu de 100% à la fin de la période contractuelle. Leur échéance est souvent comprise entre 2 et 5 ans. Les intérêts, versés annuellement, sont calculés sur la base du montant restant à rembourser – ils sont donc moins importants à la fin de la période que des intérêts capitalisés.


   Risques de l’investissement en obligations


1. Remboursement incomplet et contentieux


Si la société financée par emprunt obligataire se retrouve en difficulté avant l’échéance, des créanciers prioritaires par rapport au investisseurs participatifs (ex : la banque, des fournisseurs etc.) pourront se faire rembourser avant ceux-ci. Il peut alors en résulter que la société n’ait pas la capacité de rembourser les obligations aux WiSEEDers.

En cas de contentieux, une assemblée générale réunissant tous les obligataires ayant investi dans le projet permet de décider collectivement de la marche à suivre pour tenter de recouvrer les sommes dues. La procédure peut être à l’amiable ou en justice, et peut permettre de se faire rembourser tout ou partie de la somme investie, voire les intérêts également. Néanmoins, cette procédure peut ne pas aboutir, menant à la perte des fonds investis et à d’éventuels frais de procédure.

Les frais de recouvrement pour l’assistance juridique et/ou une procédure judiciaire éventuelle peuvent porter atteinte à la rentabilité de l’investissement, même dans le cas où le recouvrement est effectif. WiSEED communique régulièrement aux investisseurs concernés afin que les risques liés à des situations de contentieux leurs soient connus.


2. L’absence de défiscalisation et de déductibilité des pertes


La défiscalisation n’est pas possible pour ces obligations et en en cas de distribution positive, l’imposition des intérêts s’effectue à la source par défaut au prélèvement forfaitaire unique (possibilité d’opter pour le barème progressif ultérieurement). En cas de perte dans votre investissement, celle-ci ne pourra pas être reportée en déduction de vos gains sur d’autres investissements en valeurs mobilières pour le calcul de l’impôt sur le revenu. Ces désavantages et risques sont communs aux deux types d’obligations.


3. Liquidité : anticipation ou prorogation des emprunts


Comme mentionné précédemment, mis à part la durée variable sur laquelle peut porter cette créance, la liquidité des obligations dépend de leur modalité de remboursement et de versement des intérêts.

D’autres éléments contractuels peuvent modifier la liquidité des obligations. Elles peuvent être remboursées à l’avance par la société emprunteuse, vous récupérerez donc vos fonds plus tôt, sachant que les intérêts sur la période restante jusqu’à l’échéance prévue ne vous seront pas dus.

L’échéance du remboursement peut aussi être prorogée, c’est-à-dire décalée, d’une durée contractuellement fixée de 6 mois. Cette prorogation, qui est une flexibilité laissée à l’emprunteur par WiSEED, signifie qu’une émission d’obligation prorogée peut s’opérer jusqu’à 6 mois après la date prévue initialement.


III/ Titres Participatifs

   Avantages de l’investissement en titres participatifs


Des titres participatifs peuvent être émis par une SCOP (société coopérative et participative, détenue majoritairement par ses salariés) ou par une SCIC (société collective d’intérêt collectif, détenue par ses salariés, clients, usagers, fournisseurs et collectivités locales), de n’importe quel secteur.

Un détenteur de titres participatifs a la qualité de créancier, sa situation est donc nécessairement moins risquée que celle d’un actionnaire quand il s’agit de récupérer ses fonds.

Les intérêts perçus avec des titres participatifs regroupent des avantages des obligations et des actions. Une part fixe d’intérêts permet d’évaluer un rendement prévisible. Une part variable d’intérêts peut également être prévue lors de l’émission de ces titres qui est fonction de la performance de la société coopérative.

Ces intérêts sont versés annuellement, ce qui permet de minimiser le risque d’’illiquidité du montant placé dans le titre participatif. Les taux d’intérêts proposés par des sociétés coopératives pour des titres participatifs sont généralement moins élevés que pour des obligations puisque ces entreprises ont tendance à être dans une phase de croissance moins forte.

Le détenteur de titres participatifs perçoit également une prime de remboursement selon les modalités prévues au contrat d’émission de ces titres.


   Risques de l’investissement en titres participatifs


Investir dans des sociétés d'innovation sociale peut être très enrichissant, mais cela implique un certain nombre de risques. Si vous choisissez d’investir par le biais de WiSEED, vous devez connaître et accepter ces points importants.


1. Remboursement incomplet et contentieux


Comme pour un emprunt obligataire, si la société coopérative financée par émission de titres participatifs se retrouve en difficulté, des créanciers prioritaires par rapport au investisseurs participatifs pourront se faire rembourser avant ceux-ci. Il peut alors en résulter que la société n’ait pas la capacité de rembourser le nominal et/ou les intérêts des titres aux WiSEEDers.

En cas de contentieux, une assemblée générale de détenteurs de titres participatifs permet de décider collectivement de la marche à suivre pour tenter de recouvrer les sommes dues. La procédure peut être à l’amiable ou en justice, et peut permettre de se faire rembourser tout ou partie de la somme investie, voire les intérêts.

Des frais de recouvrement pour l’assistance juridique et une procédure judiciaire éventuelle peuvent porter atteinte à la rentabilité de l’investissement. WiSEED communique avec les investisseurs du projet avant, pendant et après les éventuels contentieux afin d’agir en leur compte de façon transparente.


2. Influence limitée sur la gestion de la société coopérative


Le pouvoir de décision des crowdfunders qui achètent des titres participatifs est limité dans la SCOP ou SCIC financée, contrairement aux investisseurs en actions qui ont accès aux assemblées d’actionnaires, aux comités stratégiques etc.

Les assemblées générales de détenteurs de titres participatifs peuvent toutefois permettre d’avoir une influence sur les entreprises financées puisqu’elles permettent notamment à ceux-ci d’avoir accès aux documents sociaux et d’émettre un avis avant la tenue d’assemblées générales d’associés de sociétés coopératives.


3. L’absence de défiscalisation et de déductibilité des pertes


La fiscalité est similaire à celle des obligations, il n’y a donc pas de possibilité de défiscalisation pour ces titres participatifs. En en cas de distribution positive, l’imposition des intérêts s’effectue à la source par défaut au prélèvement forfaitaire unique (possibilité d’opter pour le barème progressif ultérieurement).


4. Illiquidité : durée minimale incompressible et remboursement à la discrétion de la coopérative


Comme pour l’investissement en actions, l’illiquidité est importante pour les titres participatifs puisqu’ils doivent être détenus pendant au moins 7 ans. Seule la société coopérative émettrice de ces titres peut décider du moment du remboursement.

Des mécanismes contractuels peuvent être mis en place pour inciter au remboursement à partir de la huitième année, comme par exemple une augmentation du taux d’intérêt au-delà d’un certain délai.



Document mis à jour le 29/05/2019.



WiSEED utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.   En savoir plus